Chargement en cours
Ma sélection

Lot 113 - RARE ET IMPORTANT VASE en porcelaine, dite " céladon ", la panse à rinceaux de [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

RARE ET IMPORTANT VASE en porcelaine, dite " céladon ", la panse à rinceaux de chrysanthèmes stylisées et frises de canaux, richement monté en bronze ciselé et doré ; le couvercle centré d'une rosace se détachant sur un fond amati et à prise en graine ; le pourtour rythmé de trois écussons à monogrammes et couronnes ducales ; le col ceinturé d'une bague amatie et godronnée. Il repose sur une base tripode à crosses feuillagées alternées de mascarons féminins à palmettes ; le culot godronné à rosace et gland. Cette monture a été personnalisée lors du passage du vase dans le commerce parisien dans les années 1744-1749 (poinçon au " C " couronné).
Travail parisien du XVIIIe siècle.
H : 31 - D : 26 cm.
Provenance : Ancienne Collection Jacques Guerlain (1874-1963) - Paris. (étiquette de collection).
Le premier tiers du XVIIIe siècle français est une période exceptionnelle dans le domaine de la création artistique ; les meilleurs peintres, sculpteurs, architectes, ébénistes, menuisiers, bronziers sont patronnés par de puissants mécènes qui n'hésitent pas à financer leurs réalisations, parfois à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de livres, sommes colossales. Dans le domaine particulier des arts décoratifs, nous assistons à une effervescence hors du commun, héritière du renouveau exceptionnel des schémas et des motifs ornementaux du règne de Louis XIV. Une catégorie bien spécifique d'objets d'art sera particulièrement à l'honneur au cours de cette période : les bronzes d'ameublement, et à l'intérieur de celle-ci les vases en porcelaine enrichis de montures en bronze doré qui débuteront une période de création sans précédent. La démarche s'inscrivait dans la continuité de certaines oeuvres italiennes de la Renaissance, mais l'ampleur que le phénomène prendra à Paris au XVIIIe siècle dépasse, en qualité et en quantité, tout ce qui avait pu être fait auparavant.
En effet, certains membres de la famille royale, de nombreux princes et grands aristocrates, quelques fermiers généraux et ministres et la plupart des grands amateurs et collectionneurs, encouragés par certains grands marchands qui soutiennent et enrichissent le marché, sont constamment à la recherche de nouvelles pièces originales à acquérir. Pour cela ils achètent dans les grandes ventes aux enchères du temps, mais commandent également à certains artistes et artisans, bronziers et sculpteurs, des réalisations souvent uniques. C'est le cas du vase monté que nous proposons. La qualité de sa porcelaine, d'un vert " céladon " clair et profond, était l'une des plus recherchées à l'époque. Sa monture exceptionnelle de bronze finement ciselé et doré, réalisée à la fin du règne de Louis XIV ou sous la Régence, puis personnalisée quelques décennies plus tard pour répondre très certainement à la demande d'un commanditaire de tout premier plan, est l'une des plus élaborées répertoriées à ce jour.
De nos jours, parmi les rares vases connus à monture de bronze de la même époque et réalisée dans le même esprit, citons notamment : un premier modèle de forme cornet, à base à trois consoles à têtes de sphinges et mufles de lion, qui appartient aux collections du Bayerisches Nationalmuseum à Munich (illustré dans L. Scheurleer, Chinesisches und japanisches Porzellan in Europäischen Fassungen, Brunswick, 1980, p.245, fig.145) ; un deuxième en porcelaine bleue et blanche est passé en vente à Paris, Me Audap, le 16 juin 1995, lot 101 (également illustré dans P. Kjellberg, Objets montés du Moyen Age à nos jours, Les éditions de l'Amateur, Paris, 2000, p.43) ; deux paires, en porcelaine du Japon et monture ouvragée du temps de Louis XIV, appartiennent aux collections du Musée du Louvre à Paris (parues dans D. Alcouffe, A. Dion-Tenenbaum et G. Mabille, Les bronzes d'ameublement du Louvre, Editions Faton, Dijon, 2004, p.43-44, catalogue n°13 et 14) ; un modèle se trouvait anciennement dans la collection de Monsieur André Meyer (vente Christie's, New York, le 26 octobre 2001); tandis qu'un autre a fait partie de la collection d'Anton Luigi Laura (vente Sotheby's, Paris, le 27 juin 2001) ; enfin, mentionnons particulièrement un grand vase pansu en porcelaine bleue et blanche de la Chine qui présente une base en bronze doré identique à celle qui sert de support au vase que nous proposons et qui figure dans les collections du Victoria & Albert Museum à Londres (paru dans L. Scheurleer, op.cit., Brunswick, 1980, p.57, planche V).
Expert : Cabinet Etienne-Molinier.

Demander plus d'information

Thème : Céramique, Verrerie Ajouter ce thème à mes alertes